Histoires : Après avoir perdu 186 livres, cette femme a littéralement un tablier d’excédent de peau
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Après avoir perdu 186 livres, cette femme a littéralement un tablier d’excédent de peau

Une transformation qui laisse de lourdes traces

Publié le par Trop Cute dans Histoires
Partager sur Facebook
501 501 Partages

Kayla Butcher a déjà pesé près de 400 livres (181 kilos). Elle est en surpoids depuis l’âge de 8 ans. Kayla et ses cinq frères et sœurs ont grandi dans ce qu’elle appelle « une maison malade et toxique » où la malbouffe régnait en maître. « Les roulés suisses et les gâteaux Zebra étaient ma perte, » dit-elle. « Nous n’avions jamais de limites sur ce que nous pouvions manger. »

Dans la dernière année, Kayla a perdu 186 livres (84 kilos). Elle est terriblement fière de ses progrès, avec raison, mais porte depuis beaucoup d’excès de peau, sous ses bras, sur ses cuisses et au ventre. « Tout est lâche, ridé, dégonflé et pendant, » raconte la jeune canadienne de 24 ans, à propos des 20 livres (9 kilos) de peau en surplus sur son corps.

Kayla appelle ce surplus de peau sur son ventre « son tablier ». « Il pend et bouge tout autour et me donne l’air, en plus de me faire sentir, bien plus grosse que je ne suis, » dit-elle.

Pendant son enfance, son régime alimentaire était empli de sucreries, de malbouffe et de pizza, malgré tout, elle était active : elle faisait de la course, jouait au hockey cosom, au volleyball et à la balle molle, sa passion.

Toutefois, le poids continuait de s’accumuler, surtout après qu’on lui ait diagnostiqué une dépression à 14 ans et qu’elle a commencé à manger ses émotions.

« Les gens aiment dire que j’ai fait le choix d’être grosse par moi-même, mais ce n’était pas mon choix, » dit Kayla, insistait sur le fait que le stress à la maison a contribué à sa condition. « Il y avait de la dépendance à la drogue, de l’addiction ainsi que de trop nombreux problèmes entre mes parents qu’ils n’ont aucunement cachés à leurs enfants, » se souvient-elle.

Toute cette atmosphère a fini par lui faire quitter la maison alors qu’elle avait 16 ans. Ce changement a mené à sa plus grande prise de poids. Après un an d’établissement dans une nouvelle ville pour fréquenter le collège, Kayla a pris 145 livres (65 kilos).

Elle a été obligée d’arrêter la balle-molle, n’arrivant plus à courir aux buts et à cette même époque, son petit ami l’a quittée. Kayla a aussi coulé deux cours, perdu son aide financière et a dû abandonner l’école.

Elle se sentait comme un échec sur toute la ligne.

Cela a pris trois ans à Kayla pour déterminer que son poids était le problème, et elle a fait la demande pour un bypass gastrique, avec une préparation rigoureuse de 13 mois, nécessitant de prouver à un médecin, un travailleur social et un diététicien qu’elle était capable de faire des changements dans son mode de vie. Elle a conservé un journal alimentaire, a cessé de consommer des boissons gazeuses et de la malbouffe, cuisiné chez elle, mangé de plus petites portions et laissait même son portefeuille à la maison quand elle allait travailler, pour éviter d’acheter de la malbouffe. « Ce n’était facile en rien, » dit-elle. « Ça me semblait bien mieux que vivre le reste de ma vie dans la honte. »

En février 2016, Kayla subissait sa chirurgie. Depuis, elle a abandonné les glucides, mangeant de petites portions de nourriture très protéinée et des légumes. Elle marche un maximum et aime se rendre au gymnase. Toutefois, chaque jour est une véritable lutte. « Le bypass m’a fait perdre le poids plus facilement, mais c’est davantage un travail sur soi. C’est comme se sevrer d’un seul coup, » explique Kayla.

Si son opération était couverte par le régime public de santé, retirer l’excédent de peau est considéré comme une chirurgie esthétique. Pour retirer l’excédent de peau de son ventre, de ses bras, de ses jambes et de sa poitrine, elle estime devoir débourser non loin de 20 000$, et a mis récemment en place une campagne de financement afin d’accumuler 10 000$ pour l’aider.

Pendant ce temps, elle fait de son mieux pour demeurer positive. « Je veux être pleine de vie et ne pas la regarder défiler devant mes yeux. Une attitude positive peut faire toute la différence. »

 

 

Partager sur Facebook
501 501 Partages

Source: Delish
Crédit Photo: Instagram